L’évolution technique

J’ai toujours considéré la pratique du Karaté comme une perpétuelle recherche. Qui dit recherche dit doute et remise en cause. Et essentiellement doute et remise en cause de ce que l’on croit savoir, de ce que l’on croit avoir compris.

Donc depuis quinze ans que j’assume la direction technique de l’association Shotokaï France devenue Shotokaï Europe, cet état d’esprit m’est resté. Et je dirais que c’était la moindre des choses, car lorsque la succession de Maître Murkami s’est ouverte, les plus hauts gradés du groupe étaient deuxième dan. Et si même à l’époque cela signifiait au minimum dix ans de pratique régulière cela restait d’un niveau qui demandait à être amélioré.

Après m’être, dans ce but, tourné en vain vers le Japon, j’ai, par hasard, (si celui-ci existe) eu la chance de pouvoir travailler avec des experts au « top niveau » dans d’autres disciplines. J’ai pu alors mesurer le déficit de connaissances théoriques et pratiques du Karaté par rapport à ces disciplines que sont le Taiji Chuan, le  Iaido, le Ken Jutsu et Ju Jutsu et le Da Chen Chuan, quand elles sont enseignées par les meilleurs experts.

Cela m’a permis, entre autre, d’approfondir les notions de souplesse et de coordination qui sont les fondements du Shotokaï. Pour résumer une évolution qui s’étale sur plusieurs années et qui n’a pas toujours été linéaire, je dirais que dans un premier temps il a fallu s’interroger sur certaines notions qui prévalaient en Shotokaï à l’époque. Il fallut ensuite introduire d’autres notions puisées ailleurs, mais tout à fait adaptées, et dans l’esprit du Shotokaï de Maître Egami ou tout de moins, dans l’idée que je m’en fais.

Les bases théoriques du Shotokaï tenaient à l’époque en peu de mots :
« Plus bas – Plus loin – Naturel »

Ces notions ne sont pas en soi mauvaises mais leur application demande à être précisée pour éviter les erreurs et ne pas tomber dans la caricature de Shotokaï qu’elles ont trop souvent engendrées.

« Plus bas »

Une personne possédant une bonne souplesse articulaire peut travailler assez bas dans les postures de Zen Kutsu, Ko Kutsu ou Kiba Dashi. Mais chacun dans a ses limites, et celles-ci sont atteintes quand la hauteur de la position créait des tensions inutiles et freine la fluidité des déplacements. Travailler très bas quelques fois est un bon exercice. Toujours être très bas crée beaucoup de tensions et de raideurs, voire d’accidents articulaires. Combien de Karatékas ont arrêté de s’entraîner pour des problèmes de genoux…

Cela devient catastrophique quand en plus de travailler très bas on veut aller très loin vers l’avant, transférant ainsi tout le poids sur le seul genou avant. La posture est alors complètement déséquilibrée rendant le déplacement très lourd et très lent.

S’ajoute à ceci des problèmes psychologiques. Travailler bas rend les entraînements pénibles et fatigants. Se développe alors une mentalité masochiste, on est la pour souffrir. Mélangé avec la notion chrétienne selon laquelle la douleur sera récompensée, on finit par croire que la progression sera proportionnelle aux efforts fournis. Cela serait trop simple et c’est même souvent le contraire. Car plus on s’entraîne dans une mauvaise direction, plus on accumule de défauts, plus on devient « mauvais ».

De plus, la fatigue et la pénibilité des postures génèrent un réflexe d’autodéfense du corps pour fuir la douleur. Les positions de Zen Kutsu sont alors « aménagées » pour être tenues longtemps. Résultat, les hanches tournent et se retrouvent de face avec un dos  complètement bloqués par un bassin mal placé. En perdant l’alignement idéal jambe arrière-bassin-épaule-bras du Zen Kutsu la forme ne crée plus aucune force, pour le Oitsuki par exemple. La puissance de l’attaque se réduit à la seule force du bras.

En fait, peu importe la hauteur d’une posture ; ce n’est pas l’élément déterminant pour juger de la qualité. Ce qui est important, c’est l’équilibre général de celle-ci. Le bassin doit être bien placé, parallèle au sol et libre de toute tension. Le tronc doit être aussi détendu que dans la station debout. Seule la position des jambes change pour déterminer la posture.

L’idée première du travail « plus bas » était d’assouplir le corps, de libérer les tensions et de faire de grands déplacements favorisant des attaques puissantes. Mal comprise et mal enseignée, elle génère des positions traumatisantes pour les articulations. Cela crée des tensions inutiles et néfastes et rend les déplacements lents et lourds. La posture ne peut pas être juste et détendue au moment de l’impact.

« Plus loin »

L’idée de lancer les attaques le plus loin possible est excellente dans la mesure où elle permet de « traverser » l’adversaire et de ne pas bloquer le mouvement au moment de l’impact. Mais, si elle se traduit par un corps en extension et penché pour aller plus loin et qui arrive sans coordination entre le pied et le poing, elle est néfaste.

En effet, la priorité dans un déplacement est que le corps arrive en total relâchement au moment de la frappe. C’est la condition indispensable pour que l’on puisse sortir la force, libérer l’énergie.

La deuxième condition à un bon déplacement est la coordination « pied-poing-hara », pour qu’il y ait frappe et non poussée. Si l’on sait se déplacer avec le corps et non avec les jambes on peut alors attaquer loin (quatre ou cinq mètres). L’attaque sera alors puissante. De toute façon, attaque courte ou longue, on doit attaquer loin par l’intention. Même sans déplacement, on peut attaquer loin. C’est l’énergie qu’il faut envoyer loin par l’intention. Inversement, on peut voir des attaques avec des grands déplacements dont l’intention, l’énergie ne va pas au-delà du poing. Ce sont des attaques courtes.

« Etre naturel, faire des mouvements naturels »

Ce « naturel » peut donner lieu à des interprétations différentes voire contradictoires. Traduit par « les mouvements doivent être sans tensions inutile », je suis tout à fait d’accord. Mais comment une personne normale, avec tous ses blocages, peut faire un mouvement naturel ?

Maître Ueshiba considérait que la tension idéale d’un bras est celle d’un bébé.  Qui a conservé la souplesse et l’élasticité de ses bras de bébé? Et comment peut-on les retrouver ? En ayant des techniques de Karaté assez pointues pour que leur réalisation nécessite l’abandon de toutes forces et tensions inutiles dans le corps.
La maîtrise de ces techniques donnera au Karatéka un corps « seitai » (équilibré), ce qui est le minimum de ce que l’on peut attendre d’une pratique martiale. C’est en recherchant toujours plus de vitesse, de puissance et d’efficacité que l’on progressera dans cette voie.

Si l’on prend les Katas, par exemple, la mode actuelle en France est au Bunkai, la recherche d’application des techniques, de leur signification. Personnellement, je m’en moque. Les Katas sont de création récente et ne contiennent malheureusement aucun secret technique caché. Mais ils peuvent être des outils pédagogiques précieux.

Dans un Kata, peut importe que l’on fasse Uchi Uke ou Gedan Barai, ce qui est important c’est comment on le fait. Il y a parfois des techniques compliquées et pas très réalistes. Peu importe. Cherchons la meilleure façon de les réaliser, cette recherche sera formatrice. Le Kata deviendra alors une technique d’éducation du corps.

Toute l’évolution technique que j’ai proposé ces dernières années n’avait qu’un but : rendre les techniques Shotokaï plus efficaces. Pas pour la recherche d’efficacité en soi, ce n’est pas ma préoccupation. Mais comme moyen de vérifier que la technique est juste, qu’elle permet par exemple une bonne circulation d’énergie.

Et puis on ne peut pas consacrer sa vie au Shotokaï et exécuter des techniques inefficaces, la recherche du meilleur pour son art est le seul objectif possible.
Les techniques doivent donc être formatrices pour le corps mais aussi pour l’esprit. Comme l’écrivait Maître Kuroda, le grand maître de sabre, comment peut-on espérer générer des idées et des sentiments nobles et subtils avec des techniques grossières ?

Les possibilités du corps humain sont tellement grandes que la recherche de perfectionnement technique est passionnante et sans fin. Tout progrès entraîne un élargissement des possibilités. Et avec le travail interne par exemple c’est tout l’éventail technique qui s’élargit et s’approfondit à la fois.

Mais avant d’arriver à ce travail interne il a fallu ajouter au Karaté que je connais des notions nouvelles, adaptés au ShotokaÏ et puisées aux meilleures sources. N’avaient d’intérêt que des principes qui amenaient un plus et qui allaient dans le sens des grands principes du Shotokaï. En voici quelques uns à titre d’exemple. Je n’en donnerai qu’une explication sommaire même si certaines nécessiteraient de plus longs développements. Je souhaiterais seulement qu’ils éveillent la curiosité et suscitent une réflexion du lecteur. Je suis prêt par la suite à répondre plus en profondeur à n’importe quelle question.

La relativité

J’appelle relativité la prise en compte dans l’exécution d’une technique du travail de chaque partie du corps, et du fait que les membres ne doivent bouger que par rapport au corps et non dans l’absolu.

Par exemple pour une attaque à partir de la position Shizen Tai exécutée avec la rotation des hanches pour faire en Zen Kutsu, le bras ne sera pas lancé vers l’avant mais vers la droite en même temps que le corps pivotera de 90° vers l’avant. Le gain de vitesse et de puissance et bien sûr considérable car tout mouvement est dans cet optique le résultat du travail concomitant de plusieurs groupes musculaires dont les forces et vitesses s’ajoutent. C’est aussi un moyen de développement de la conscience du corps fabuleux car il nécessite à un haut niveau la conscience de chaque groupe musculaire participant à un mouvement.

Musoku

Cette notion que l’on traduit généralement par « absence de poids »  tente d’apprendre à bouger non pas en luttant contre la gravitation mais en l’utilisant, transformant même cette force verticale pour se déplacer horizontalement. Les déplacements peuvent alors devenir longs, fluides et rapides.

Mais cette absence de poids demande beaucoup de travail car elle va à l’encontre de toutes nos habitudes. En effet, tout notre système musculaire s’est construit pour lutter contre la gravitation. Pour marcher, courir, se lever etc…. on a pris l’habitude de pousser avec la jambe d’appui. Pour réaliser Musoku il faut pour toutes ces actions faire le contraire, tirer avec la jambe d’appui et non pas pousser.

Un exemple concret de l’application de Musoku à une action simple permettra peut-être d’être plus clair. Pour marcher, habituellement, on met le poids sur la jambe gauche pour avancer la jambe droite puis l’inverse et ainsi de suite. On a alors, lors du transfert de poids, une jambe avant qui vient pratiquement en opposition au déplacement et le freine. On est alors obligé de pousser fortement avec la jambe arrière pour vaincre cette résistance. De plus  ce transfert de droite à gauche entraîne un déplacement en zigzag du centre de gravité.

Pour réaliser l’absence de poids il convient de faire le contraire de tout cela. On ne met pas le poids sur la jambe avant. On n’est donc pas freiné par cet appui et on n’a pas besoin de pousser avec la jambe arrière que l’on tire au contraire vers soi. Les muscles des jambes travaillent donc de façon centripète vers le centre et non centrifuge. On obtient donc le roulement d’une boule de billard qui n’est pas freiné comparé au déplacement chaotique d’un dé qui roule freiné par ses arêtes.
Ceci n’est qu’un des aspects de la notion de MUSOKU qui en recouvre de nombreux autres, mais il suffit déjà pour améliorer grandement tous les déplacements.

Coordination pied-poing-hara

C’est là une notion de base très largement répandue dans tous les arts martiaux.  Que celle-ci ne soit pas très répandue dans le Shotokaï constitue une véritable hérésie. On y parle volontiers d’harmonie du corps et de l’esprit et il n y a même pas d’harmonie du corps sans cette coordination. Avec quelle partie du corps l’esprit va-t-il s’harmoniser si ceux-ci bougent séparément et décalés? Comment avoir un minimum de puissance dans les attaques sans coordination de ces trois points? On a alors des attaques qui sont des poussées et non des frappes.

La force vient du corps

« La force vient du corps et non des bras », avait écrit Maître Egami. Cette phrase est généralement interprétée par: c’est le déplacement qui crée la force de l’attaque et non pas la puissance du mouvement de bras. Dans ce cas-là il aurait été écrit « la puissance vient des jambes » car ce sont elles qui assurent le déplacement.

Personnellement je l’interprète par « la force vient du tronc ». Et ceci doublement :

  • Physiquement au moment de l’impact, il doit y avoir un mouvement du tronc en plus du déplacement.
  • Energétiquement le Ki vient du ventre et est transmis par les bras qui ont un rôle passif. Ceci signifie que dans une attaque les bras ne bougent pas! Pour ceux qui s’intéressent au travail interne, sur l’énergie, il est important de comprendre ceci. C’est quand l’extérieur ne bouge pas que l’intérieur peut bouger.

Ceci, comme le reste méritera de plus amples développements et je suis bien sûr prêt à répondre à toutes les questions. La liste n’est d’ailleurs pas exhaustive. Je n’ai choisi que quelques principes et j’aurais pu en ajouter d’autres comme :

  • Tous les mouvements doivent être centripètes
  • Le Kiai se fait sur l’inspiration
  • Le bras et le dos doivent être en extension au moment de la frappe
  • Il faut privilégier le travail des tendons plutôt que celui des muscles
  • Apprendre à bouger avec l’axe central
  • Dans le travail à deux l’important est la prise du centre
  • Etc….

En conclusion, j’espère que ces quelques idées donneront matière à réflexion pour ceux qui connaissent déjà une forme de Shotokaï et surtout qu’elles susciteront l’envie, pour beaucoup d’autres, de découvrir le SHOTOKAÏ.

Partagez sur vos réseaux sociaux préférés !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Scroll to Top